Accessoire

Le nouvel écrin design de la boutique d’Olivia Clergue

Olivia Clergue et Julie Safirstein : une collaboration entre 2 créatrices

La boutique

Olivia Clergue* a enfin trouvé le lieu qui convenait à sa marque de maroquinerie. La boutique est située dans un quartier de Paris qu’elle affectionne particulièrement.
C’est au 6 rue du parc Royal dans le troisième arrondissement de Paris que la créatrice a élu domicile.
Ce nouvel écrin est à proximité du Musée Picasso, où  Lucien Clergue, le père de la créatrice, a exposé plusieurs photos qu’il a réalisé de Pablo Picasso.
Situé au rez-de-chaussée d’un hôtel particulier en pierres de taille du XVIIème siècle, il comprend une boutique de 35m² et un showroom dans la cour intérieure de l’hôtel.
La boutique dégage une atmosphère raffinée, sobre et élégante tout à l’image de sa créatrice.
Une vitrine en verre, qui fait pénétrer la lumière, a remplacé la devanture d’origine morcelée par des barreaux.

Art et Mode

Les sacs sont présentés comme en apesanteur grâce à l’installation aérienne en feuilles d’aluminium de l’artiste Julie Safirstein.

La boutique a ouvert ses portes il y a moins d’un an. Et déjà Olivia Clergue, férue d’art, apporte des éléments design à son nouvel écrin :
– un pouf en cuir du designer japonais Kensaku Oshiro meuble l’espace et permet aux clientes de s’asseoir en leur offrant une vision à 180° sur les sacs.
– la lumière a été confiée à Artémide pour les spots et Giopoato & Combes pour la suspension en verre et laiton doré placée au-dessus du comptoir de vente.
– le miroir en verre et laiton doré est de chez Red Edition.

Derrière le comptoir, une photo en noir et blanc de Lucien Clergue montre Olivia bébé dans les bras de Picasso:une touche personnelle qui permet aux clientes de découvrir l’univers intime de la créatrice  qui a su créer une marque de maroquinerie haut de gamme, éthique, pérenne et Made in France.
Le parcours de la créatrice
*Olivia Clergue a grandi au contact d’artistes. Son père, le photographe Lucien Clergue, forme son regard. Tandis que son parrain, Pablo Picasso, lui transmet son goût pour la sculpture et le dessin. Elle étudie donc à l’école des Beaux-arts de Paris. Elle poursuit ensuite une formation de stylisme et de modélisme à l’école ESMOD.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer